Les visages de Villeray : Rose Carlucci

Découvrez_Rose Carlucci_JOSIANE_1C’est avec enthousiasme et excitation que je vous présente le premier article de la série Les visages de Villeray. Cette rencontre fut il y a deux semaines avec Rose Carlucci. S’il y avait, ne serait-ce que cinq mots, pour décrire ce moment passé avec Rose, je les écrirais. Mais, il n’y a aucune phrase assez courte pour vous transmettre tout le bonheur et l’authenticité qui se dégageaient de notre discussion.

17h30. Rendez-vous au coin de St-Denis et Liège au Café In. Ayant l’habitude d’y aller depuis qu’elle vit à Montréal, c’était l’endroit idéal pour planifier un 5 à 7 d’après-boulot. Je commande mon latté glacé question d’être un tantinet dans ma zone de confort et puis j’aperçois Rose à l’extérieur. Tu sais, Villeray, planifier une rencontre de ce type, ce n’est peut-être pas aussi stressant que ta date Tinder, mais il y avait en moi une certaine fébrilité, celle de l’inconnu. Pis, j’avais hâte! J’ai envie de te montrer la diversité des gens qui, à chaque jour, font vibrer le quartier!

Découvrez_Rose Carlucci_JOSIANE_2L’histoire de Rose est inspirante. Je suis ravie et privilégiée de pouvoir vous raconter son épopée qui débute sous le soleil et la chaleur d’Argentine et qui se prolonge en terre québécoise depuis plusieurs années.

Rose est née en Argentine, d’une famille italienne. C’est après la guerre que son grand-père et cinq de ses cousins ont courageusement pris le bateau afin de trouver une nouvelle terre, un endroit parfait pour leur famille. Le destin veut qu’ils ne se soient pas tous retrouvés dans le même pays. Alors que trois des cousins ont trouvé chaussure à leur pied chez nous à Halifax, deux sont allés à Santos, dans le port de Sao Paulo au Brésil, et le grand-père de Rose s’est arrêté en Argentine, seul. Les cousins ne se sont malheureusement jamais revus depuis. À travers ses nombreux (avec un grand N!) voyages, Rose a tout de même pu retrouver un cousin à São Paulo. Mais comme elle m’expliquait, les Carlucci, ce sont les Tremblay du Québec, impossible de savoir si l’autre vient réellement de la famille! Faut jouer safe!

Montréalaise depuis bientôt 17 ans, Rose m’a littéralement hypnotisée en me racontant son passé, aussi riches en mouvement que passionnant par la diversité qui l’habite. Avant d’arriver au Québec, elle parlait déjà cinq langues : l’espagnol, l’italien, le français, l’anglais puis le portugais. Possédant une réelle habileté avec les langues et performant à l’école, c’est à 11 ans qu’elle a commencé à donner des cours d’anglais. Oui Villeray, enseignante à 11 ans. À l’école, elle était en avance sur les autres élèves et adorait la lecture et l’écriture. À 4 ans, elle écrivait et lisait parfaitement. Vous imaginez bien le scénario une fois arrivé sur les bancs d’école… Le système est rarement conçu pour accueillir ce type d’élèves à leur plein potentiel! Sa mère l’a donc inscrite dans une école particulière qui donnait les cours d’après-midi en anglais et qui lui permettrait de suivre des cours spécialisés en dessin et en musique. Une élève talentueuse et polyvalente!

«Qui apprend une nouvelle langue acquiert une nouvelle âme»

  • Juan Ramón JIMENEZ

Découvrez_Rose Carlucci_JOSIANE_3Pourquoi le Canada? Vous ne me croirez peut-être pas, mais je vous jure que c’est ce que Rose m’a confié : en Argentine, il fait trop chaud! Il fallait bien profiter de sa double nationalité argentine et italienne. L’idée d’aller travailler en Europe lui plaisait bien et elle a trouvé un boulot en France. Maîtrisant parfaitement la langue, ça allait de soi! Rose a déniché un contrat pour une chaîne hôtelière. Son mandat? Enseigner l’anglais à des gérants d’hôtel! Et en parallèle, elle ferait quelques heures pour Euro Disney qui cherchait des gens parlant plus de deux langues. Parler plusieurs langues, ça t’ouvre le monde Villeray! Take a note!

Tout juste avant son départ pour la France, une affiche attire ses yeux dans les locaux de l’université : « Si tu veux pratiquer le français et découvrir nos racines, pourquoi ne pas venir faire un échange étudiant au Québec ? »

 

Hein, bin là! Moi aussi j’y aurais été!

 

Arrivée le 31 décembre 1999, tout juste pour le fameux bogue de l’an 2000, Rose est follement tombée amoureuse de la belle province. La neige ne l’a pas fait fuir! Au contraire, elle est charmée, et ce, chaque année depuis bientôt 17 ans. Son visa expirait un mois plus tard. C’était trop court! Dès son retour en Argentine, la question ne se pose plus : elle plaque son travail en France et prend un aller simple en mode touriste direction Montréal! Bin d’accord!

 

« J’avais enfin trouvé mon paradis perdu»

 

Elle n’est plus jamais repartie. Enfin, oui, une fois. Elle est allée voir ce que l’Italie pouvait lui offrir en 2011, mais la neige et la culture lui manquant trop, Rose est revenue à bon port!

Depuis 2005, elle travaille pour une compagnie de déménagement qu’elle a fondée avec son conjoint de l’époque, Les Déménagements Constantineau. Leur clientèle est majoritairement de Villeray et de ses environs, car c’est chez nous que tout a commencé. Ils étaient, au départ, installés au 318 rue Villeray. La boutique avait pignon sur rue et Rose tenait à y vendre du matériel de déménagement. Le contact avec les gens est primordial. Rose s’occupe maintenant à temps plein de l’administration de la compagnie, mais a aussi son petit dada…

Découvrez_Rose Carlucci_JOSIANE_4Découvrez_Rose Carlucci_JOSIANE_5

Passionnée de voyages et de cultures, elle est conseillère et organisatrice de voyages. Rose anime également un blogue intitulé Tips and Travel. Vous pouvez consulter la page Facebook et le site web. Après une croisière partant des quais de Venise et vous emmenant en Grèce et au Monténégro, vous aurez aussi le choix de visiter le Maroc avec les locaux. Une nuit en plein désert, ça vous dit? Franchement, moi je partirais demain matin! Personnellement, je suis une voyageuse de type backpack, mais avec Rose, j’ai déjà l’impression de voyager et de m’évader. Je ne peux qu’imaginer du bien d’un voyage à ses côtés. Sa connaissance des lieux, sa grande culture et son aisance dans plusieurs langues sont des plus-values à tout voyage!

Maintenant voilà, il ne te reste qu’à aller lui dire bonjour de ma part si jamais tu la croises. Je t’invite aussi à poser des questions au p’tit monsieur que tu verras à ton arrêt d’autobus, ou bien à ton vendeur de fruits et légumes! Le monde est riche en découvertes!

Merci à Rose pour ce café partagé un soir de semaine. Son accent argentin et son sourire communicatif, je m’en souviendrai toujours.

Ses coups de cœur Villeray :

  • La proximité des commerces, les boutiques, les épiceries, la diversité des choix;
  • La page du Bazar de Villeray;
  • L’entraide entre citoyens.

Ses attentes pour le futur :

  • Une salle de spectacle multidisciplinaire pour faire connaître les articles locaux;
  • Un centre communautaire pour les citoyens (location de salles pour les cours de langues, soirées thématiques, etc.);
  • Un système de troc dans Villeray! Du style : je te donne des cours d’espagnol contre un pot de ta délicieuse sauce spaghetti!

 

Crédits photo :  

  1. Josiane Breton-Hammarrenger
  2. Rose Carlucci
  3. Rose Carlucci
  4. Rose Carlucci
  5. Rose Carlucci
Josiane

Josiane Breton Hammarrenger, auteure

valérie

Valérie Dupont, réviseur

 

Publicités

Une réflexion sur “Les visages de Villeray : Rose Carlucci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s