Le secret de Sainte Cécile

Ah comme la neige a neigé…

-Salut Ludo! Ça va?

-Oh oui monsieur, voudriez-vous m’écouter réciter ce poème? J’aimerais bien avoir votre avis…

-Ah non, je ne peux pas, je suis attendu…

-Oh je comprends, bonne journée monsieur!

 

“Je marche à toi, je titube à toi, je meurs de toi…”

 

-Salut Ludo, toujours en train de réciter?

-Oui madame, auriez-vous l’amabilité de m’écouter pour corriger mes erreurs de prononciation?

-Je ne peux pas, j’ai un important rendez-vous dans 15 minutes!

-D’accord, bonne journée madame!

 

« Mon triste cœur bave à la poupe

Mon cœur couvert de caporal…”

 

-Hey Ludo, comment va?

-Ça va, voulez-vous m’…?

-Pas le temps! Désolé.

-OK à bientôt alors!

Après avoir fait les cent pas sur la rue De Castelnau et rencontré tous les gens du quartier, il croise enfin Daniel, le meilleur poète du coin.

 

-Salut Ludo, comment ça va aujourd’hui?

-Ah ça va, mais ça fait des jours que personne ne veut m’écouter réciter des poèmes.

-Bon, bien, j’ai le temps moi aujourd’hui!

-C’est vrai?

-Vous ne me mentez pas? Vous n’allez pas vous endormir ou partir monsieur Daniel?

-Non, je vais rester jusqu’à la dernière récitation. Tu en as combien au juste?

-Je ne sais pas vraiment. Euh, je n’ai jamais vraiment compté…

-Bien, alors je resterai à t’écouter ici. Vas-y.

 

Ludovic se racle la gorge, relève ses manches et s’exécute.

 

Ah! Comme la neige a neigé, ma vitre est un jardin de givre

Je marche à toi, je titube à toi, je meurs de toi […]

Mon triste cœur bave à la poupe Mon cœur couvert de caporal […]

 

Il y met tout son cœur et son énergie. Des perles de sueurs coulent sur son front. Environ trois heures plus tard, il a enfin terminé tandis que monsieur Daniel resta attentif sans broncher.

-Bravo Ludo, je suis fier de toi. Tu as beaucoup de talent pour l’interprétation. Pourquoi ne fais-tu pas du théâtre ou de l’improvisation?

-Ah je ne sais pas, je n’ai pas confiance en moi, les gens riront.

-Est-ce que j’ai ri Ludovic?

-Non, vous me semblez sincère.

-En plus, je connais des gens dans ce domaine, je pourrais vous référer.

-Je vais y penser.

-La prochaine étape pourrait être la création de poèmes ou autres. Aimez-vous la musique? Y avez-vous déjà pensé monsieur Ludovic?

Le jeune homme baisse la tête rapidement et regarde par terre. C’est qu’il n’a jamais réussi à écrire un seul vers. En fait, la dernière fois qu’il a essayé c’est un soir d’automne sur le parvis de l’église Sainte-Cécile, en plein cœur de Villeray. La veille, Ludovic appris que, martyre, Sainte-Cécile chanta les plus belles chansons du monde lors de sa condamnation à mort.

Néanmoins, le jeune homme croyait devenir bègue lorsqu’il entendit une voix féminine lui murmurer: «Tu peux changer le monde par tes écrits, mais avant tu devras faire une chose terrible». Après un long silence, elle lui révéla ce qu’il dut faire. Ludovic pris peur et resta figé toute la nuit devant l’église malgré la présence de résidents venus promener leurs chiens aux alentours. Il ne pouvait croire ce qu’il devait faire, c’était hors du commun, voire impossible à réaliser.

-Monsieur Daniel, j’ai bien peur que je ne puisse faire cela. Ce serait beaucoup trop me demander. Je ne peux supporter ce poids. Si vous pouvez le faire à ma place ou me prendre chez vous, vous savez j’ai besoin de quelqu’un comme vous.

Lentement Ludovic s’approche de monsieur Daniel afin de lui agripper le bras. Il chuchote alors: «Je dois oublier, je ne veux pas accomplir cette tâche».

Monsieur Daniel ne comprend pas les paroles de Ludovic et le repousse doucement.

-Je ne sais pas de quoi vous parlez, comment puis-je vous aider? Vous n’avez qu’à prendre un stylo et commencer à écrire ce que vous ressentez sur un bout de papier. C’est ce que je fais aussi.

Ludovic prend sa tête dans ses mains et s’assoit sur le bord du trottoir.

-Vous ne pouvez comprendre ou vous ne voulez comprendre monsieur Daniel? Vous êtes passé par là aussi…

-Mais bon Dieu, de quoi parlez-vous?

-Vous le savez très bien, ne faites pas l’innocent.

-J’en ai bien assez de vos sottises. Je vous ai écouté pendant trois heures. Je vous conseille et c’est comme ça que vous me remerciez? Salut Ludovic!

Le jeune homme ne le regarde pas partir. Il est désormais dans une bulle qu’il ne souhaitait jamais regagner. Cette étrange rencontre avec monsieur Daniel lui a fait revivre cette nuit avec Sainte-Cécile.

C’est alors qu’il se lève et se dirige chez le boulanger d’en face.

 

-Bonjour, bienvenue au Pain dans les voiles, lui lance le commis à l’accueil.

-Bonjour, je suis Ludovic et je dois vous dire que j’ai une chose terrible à accomplir aujourd’hui.

À suivre…

 

Crédit photo couverture : Sabrina Jobin Cossette

jonathan_dvjennifer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s