Vingt ans plus tard, une Maison de la culture

Un bâtiment de notre quartier passait peut-être sous votre radar ces dernières années, mais cela risque de changer assez rapidement. Il s’agit du 911 Jean-Talon, connu sous le nom de Centre Jean-Marie Gauvreau.

Bâtiment

Comme votre œil aiguisé l’aura probablement remarqué, ce bâtiment centenaire fut en fait une école. Construite en 1914 –à l’époque où le secteur n’en était pourtant qu’aux premiers balbutiements de son développement-, l’École du Centenaire de la Paix accueillait entre ses murs une clientèle bilingue, dont beaucoup d’Italiens.

Il faut réaliser qu’il y a un siècle, l’électricité venait à peine d’atteindre le secteur de Villeray, et l’aqueduc étant inexistant sur une bonne partie du territoire, il fallait avoir recours à des porteurs d’eau qui déambulaient en charrette et vendaient l’or bleu à la criée.

Ce grand bâtiment de quatre étages et de plus de 6000 pieds carrés devait détonner fortement dans ce paysage semi-rural en pleine mutation. Même notre fameux Marché Jean-Talon n’existait pas encore !

C’est la firme d’architecte Percy Erksine Nobbs qui en dessina les plans. Cette équipe est derrière d’autres bâtiments un peu similaires, telle l’école Edouard VII dans le Mile End, construite deux années auparavant, mais aussi des édifices montréalais marquant tels le Musée McCord (1905) ou encore l’immeuble où se situe la boutique Birks sur le Square Phillip (1894).

Après quelques décennies à voir défiler des cohortes de centaines d’élèves du quartier, le 911 a été transformé en édifice à vocation culturelle. À ce moment, plusieurs des classes ont été transférées ailleurs, dont l’école Ahuntsic.

C’est en 1986 que la Société d’Habitation et de Développement de Montréal (SHDM) a acquis l’édifice. D’importants travaux ont été lancés afin de créer 76 bureaux et ateliers à partir des classes que l’on retrouvait sur les quatre étages, effaçant du coup la plupart des traces du passé scolaire de l’immeuble.

Le 911 porta désormais le nom de Centre Jean-Marie Gauvreau. Qui était ce M.Gauvreau ? Natif de Rimouski en 1903, cet artiste de renommée internationale était reconnu pour son travail d’ébénisterie et son artisanat. Diplômé de Paris, grand fan d’art déco, Gauvreau fut président du 1er Salon de l’artisanat en 1950 (l’ancêtre du Salon des métiers d’arts, très populaire aujourd’hui).

En marge des travaux de rénovation en 86-87, et en vertu de la Politique d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement du gouvernement du Québec (autrement connue sous la fameuse Politique du 1%), un concours international fut lancé pour la création d’une œuvre d’importance destinée au terrain à l’avant de l’édifice. C’est l’artiste québécois Claude Lamarche qui remporta les honneurs pour sa proposition « Temps d’Heures ». Installée en 1987, cette œuvre s’articule de parts et d’autres de l’allée piétonnière menant à l’édifice. Il s’agit d’un ensemble sculptural en acier et béton où une petite pyramide est reliée à un grand mur triangulaire par un câble. Ce câble donne l’impression de tirer, d’éplucher la grande plaque d’acier triangulaire. L’artiste, qui aimait jouer avec les notions d’échelle dans ses œuvres, dit s’être inspiré des agoras et places anciennes pour réaliser son œuvre. Oeuvre art

Aujourd’hui, le Centre Jean-Marie Gauvreau abrite plusieurs locataires œuvrant dans les arts, la culture et l’économie sociale. Pensons notamment au Théâtre de l’Oeil –qui a déjà célébré ses 40 ans-, le Théâtre Bouches Décousues, le Théâtre Dynamo et plusieurs autres.

Considéré comme un lieu de création et de diffusion, le centre est sur le point de connaître une nouvelle vie, tout en restant dans la même lignée. Il accueillera dans quelques mois la toute nouvelle Maison de la culture de Villeray !

Villeray-St-Michel-Parc-Extension était le seul arrondissement à ne pas détenir d’adresse fixe et officielle pour une Maison de la culture. Il s’agissait en fait d’une Maison « volante », avec des spectacles présentés au Patro Prévost, à la Tohu ou dans une salle de diffusion de Parc Extension.

La route fut longue pour en arriver là. Après deux décennies de tergiversations (on avait initialement annoncé ces travaux lors de la campagne électorale municipale de 1994…), cette fois-ci est la bonne. Lors du conseil d’arrondissement du 13 mars 2013, un bail entre la SHDM et la Ville de Montréal fut approuvé pour le rez-de-chaussée du bâtiment et un montant de 16 millions de dollars fut dégagé pour l’aménagement tant attendu de la première Maison de la culture de Villeray.

Les travaux devaient commencer à l’automne 2013 et l’inauguration était prévue pour l’automne 2014. Mais bon, que serait un projet à Montréal sans délais et imprévus… ? Chantier

Couvrant une surface d’environ 2000 mètres carrés, le grand chantier a impliqué –et implique toujours- la relocalisation du CPE Graffiti (envoyé derrière le Patro Prévost), la démolition d’à peu près tous les locaux du rez-de-chaussée ainsi que de l’entrepôt de briques à l’arrière du bâtiment, la construction d’une grande salle de 240 places et l’aménagement d’une salle d’exposition, d’une salle d’animation et d’un espace d’accueil.

Les travaux sont effectués par la firme NCL Construction, qui se spécialise dans les édifices en hauteur (hôtels, condos) et travaille aussi à la nouvelle salle de spectacle de St-Jérôme.

Entreģe

Il y aura ajout d’une touche moderne à l’avant, soit un toit métallique stylisé au-dessus de ce qui deviendra la nouvelle entrée principale. On aime quand les époques se mélangent et dialoguent ainsi, surtout quand le résultat est simple, sobre.

Les nombreux éléments décoratifs d’origine que portent les murs de l’ancienne école seront préservés. On parle ici de dessins colorés au sommet des murs extérieurs –qui représentent les élèves d’antan-, d’une plaque en cuivre marquant l’ancienne entrée, mais aussi de grillages métalliques représentant des animaux au sommet des cages d’escaliers intérieures.

 

Pour le financement de la Maison de culture Villeray, la Ville de Montréal a promis un montant annuel récurrent de 820,000$.

Puis, dernièrement, on a annoncé que celle-ci portera le nom de Claude-Léveillée, en l’honneur du célèbre auteur-compositeur-interprète ancien résident de Villeray.

La nouvelle Maison de la culture devrait ouvrir en 2017.

 

Crédit photo : Dominic Ménard-Bilodeau

dominicjennifer

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Vingt ans plus tard, une Maison de la culture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s