La liste

-Lumineuse…lumineuse quoi? Lumineuse = lumière, allumer la lumière, ampoule, électricien, je ne sais pas moi…

Après avoir passé la nuit à décortiquer les deux mots en question, Ludovic s’est rendu à la bibliothèque dès l’ouverture le lendemain matin. Il ne comprend toujours pas.

-Tragédie. C’est quoi une tragédie? Vivre, mourir? Être ici un lundi matin? Tragédie grecque?

Il passe des heures à penser à ces deux mots et consulte différents dictionnaires jusqu’à ce que Florence arrive.

-Hey Ludo, comment ça avance?

– Rien, je n’ai rien. Je ne comprends pas. Je n’arrive pas à écrire. Surtout pas un poème avec lumineuse et tragédie. Dit, je peux piger deux autres mots?

-Non, j’ai tout jeté. Et nous avions une entente. Commencer un poème avec deux mots que tu pigeras. Voilà.

-Ok, mais je n’y arrive pas. Il n’y a pas de lien.

-Qui a dit qu’il doit y avoir un lien?

-Les gens, le lien c’est avoir du sens. Pour que les gens comprennent.

-Comprennent quoi au juste?

-Je ne sais pas, pourquoi j’écrirais un poème alors ?

-Pour toi, pour que tu existes enfin.

-Exister? J’existe déjà, je suis là devant toi.

-Oui, mais ce que Sainte-Cécile t’a dit?

-Je ne veux plus parler de ça. Elle n’est pas là et j’étais confus cette soirée-là.

-Ludo, t’es vraiment nigaud ou tu fais exprès de me prendre pour une conne?

-De quoi parles-tu?

-Sainte-Cécile, c’est une image non? Celle qui te rappelle qu’il y a quelque chose de plus grand que ta petite personne. Elle reviendra te hanter Ludo, chaque fois que tu trouveras un peu de répit. Elle reviendra.

-Je ne suis pas si sûr, bientôt cela va changer. Je vais prendre des décisions, Florence. Je vais devenir un humain normal du XXIe siècle, dénué de toute âme et de toute force extérieure. Je ne veux rien savoir de ça. De toute façon je ne peux pas. C’est trop. Le défi, si c’est en un, est trop grand. J’ai assez souffert.

-Tu ne pourras pas t’en sortir. Tôt ou tard, elle va te rattraper. Moi, elle ne vient presque plus me rendre visite. Heureusement, j’ai les médicaments, l’alcool et mon chum pour oublier tout ça. Toi, il te reste un peu de bonne énergie…

-Tu me donnes toute une idée toi là!

-Tant mieux. Je te laisse une semaine pour rédiger ton premier poème, après, je vais te dénoncer à la police et ta vie prendra une autre tournure.

Ludovic réfléchit durant quelques minutes.

-Vas-y! J’ai trouvé!

-J’espère bien. Je dois y aller, à bientôt et bonne chance!

-En passant, as-tu des nouvelles de monsieur Tarrous?

-Oui, il est correct. Il sortira de l’hôpital aujourd’hui ou demain. Il paraît qu’il ne se souvient plus de rien!

-Ah ouin?

-Oui, ok je dois y aller!

-Bye!

Ludovic pense à son gâchis. Pauvre monsieur Tarrous. Mais rapidement il oublie de nouveau le pianiste. Il se souvient de sa fabuleuse idée. Et Ludovic sourit et se félicite. Deux choses que le jeune homme fait rarement. Il prend alors une tablette de papier et commence à écrire des phrases:

  1. J’ai des problèmes avec ma glande thyroïde.
  2. J’n’ai pas le temps aujourd’hui, je suis trop occupé.
  3. J’ai trop bu hier.
  4. J’ai un enfant à la maison qui m’attend.
  5. J’ai mal à la main.
  6. Je suis dépressif.
  7. J’ai une blonde.
  8. Je me sens spécial, je suis déjà le meilleur.
  9. J’ai des ennuis avec mes ganglions.
  10. Je me prends au sérieux.
  11. Je vais décevoir ma famille, mes amis.
  12. Je suis paresseux et fatigué.
  13. Ma voiture a une crevaison.
  14. Je préfère voyager, m’en aller.
  15. J’écris, mais pour moi.
  16. J’ai mal au dos.
  17. Je mange mal.
  18. Aujourd’hui, je critique les autres.
  19. Je suis rancunier.
  20. J’ai des problèmes insurmontables.
  21. Je veux être rassuré.
  22. J’ai peur de la mort.
  23. Je dois me préparer pour le hockey ce soir.
  24. Je pense trop et suis dans le même schéma de pensées depuis 20 ans.
  25. J’ai beaucoup de commentaires à lire sur les réseaux sociaux.
  26. Je suis un artiste, mais pas aujourd’hui.
  27. Je dois m’entraîner.
  28. Je dois écouter mon ami chialer.
  29. Je dois aller chez le psy.
  30. Je suis distrait.
  31. Je lis sur la vie des autres.

-Comme ça, lorsque Sainte-Cécile reviendra, j’aurai préparé ma liste en fonction. Je ferai même des rotations, se dit-il.

-J’aime mieux posséder cette liste que d’écrire de stupides poèmes. Maintenant, j’ai la tête tranquille.

Il prend alors la feuille et des ciseaux. Il découpe les phrases, les met dans la poubelle et en pige une au hasard.

-Ce sera mon excuse de la journée. Je me sens si bien! J’ai hâte de le dire à Florence. Elle comprendra et ne me dénoncera pas. Youpi!

Crédit illustration : Sabrina Jobin-Cossette

jonathan_dv jennifer

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s