Louve Montréal : des bijoux uniques

J’ai fais une superbe rencontre il y a quelques semaines. Il s’agit de Virginie qui est derrière la compagnie Louve Montréal. Louve ça part d’elle, elle a grandi dans une famille qui adore le bois, et c’est cet amour qu’elle transpose dans ses bijoux. Elle a commencé à travailler le bois dans l’atelier de menuiserie de son père qui est un grand amoureux de cette matière, tout comme elle. Elle se caractérise comme étant une montréalaise, amoureuse de la campagne. Elle habite d’ailleurs dans le quartier Villeray où elle a également son atelier.

18196038_10155022053720202_825256576_o

Crédit photo : Karine Caron-Benoit

Comment est née Louve Montréal?

À la base, elle avait une idée en tête, mais n’arrivait pas à trouver le type de bijou qu’elle cherchait dans les magasins. Elle a par la suite commencé à en faire pour son entourage, pour ses amis, pour donner en cadeaux et elle a finalement créé son site Web, qui était plus comme un portfolio, en le garnissant de photos de ses créations. C’est en novembre il y a 3 ans que Louve Montréal a vu le jour « C’est parti de rien et de voir que ça pouvait être possible pour moi, c’était comme WOW! C’est tellement incroyable de commencer spontanément et que les gens embarquent dans ma bulle, encore aujourd’hui je trouve ça fascinant de pouvoir faire des colliers extravagants, parfois très gros et que les gens me suivent là-dedans. »

D’où provient le nom Louve Montréal?
«Ça représente vraiment bien l’univers de la marque : la nature, le bois, le cuir. Mais aussi le fait que moi je vais à la campagne faire mes pièces. En même temps, une louve ça évoque des qualités qui représentent bien ma ligne de bijoux, c’est bold et féminin, mais aussi masculin. Féroce, sans être trop méchant.»

Crédit photo : Louve Montréal

Quel est le style des matériaux qu’elle utilise?

Ses bijoux sont confectionnés avec un système qui lui permet d’insérer du cuir ou autres matériaux aux bases de bois. Avec l’inventaire incroyable qu’elle possède, il y en a pour tous les goûts et la majorité sont unisexes. Son univers est principalement de bois et de cuir, elle travaille avec des ébénistes pour la production de bois, mais elle utilise majoritairement du bois d’ici au Québec et recyclé : bouleau, cerisier, érable, etc. Pour le cuir, c’est également des retailles de cuir qu’elle récupère le plus possible, et qui sont dès le départ du cuir récupéré par les designers Montréalais avec qui elle fait affaire. Elle a vraiment le souci du choix des matériaux pour la conception de ses bijoux. Ce qui m’a accroché c’est le fait que chaque pièce est unique. Virginie n’utilise pas de gabarit pour mesurer chaque pièce d’un même modèle. Donc, chaque pièce est unique, l’essence du bois est différente, de même que la couleur et quelques fois la grosseur de la pièce. « Le fait qu’ils soient différents fait en sorte que le client prend le temps de le choisir et quand son choix s’arrête, eh bien c’est le leur et c’est le seul à être comme ça.» Parfois, un bijou ça peut avoir une symbolique tellement forte pour une personne, quand tu offres ou reçoit un bijoux, c’est encore plus significatif de savoir qu’il est unique. Lorsque vous achetez une pièce Louve Montréal, vous pouvez facilement dire qu’il n’y a pas deux bijoux comme le vôtre.

Quel est son parcours?
« Je suis complètement autodidacte. Je suis ni ébéniste, ni joaillière, ni designer, je n’ai pas fais d’études dans ces domaines. En fait, j’ai étudié en histoire de l’art et j’ai pris beaucoup de mon inspiration à travers les oeuvres que j’ai pu voir pendant mes études. Je travaille 2 jours par semaines dans mon domaine d’études et je travaille à plein temps sur mes bijoux. Je suis vraiment reconnaissante à la vie pour tout ça. Je travaille dans un centre d’artistes qui s’appelle La Central Galerie Power House, c’est un centre en arts visuels ayant un mandat féministe, et une équipe géniale. C’est un mélange incroyable dans ma vie en ce moment.» Virginie a les yeux brillants lorsqu’elle parle de sa compagnie et de son travail, je ne peux m’empêcher d’avoir de l’admiration pour elle.

Crédit photo : Louve Montréal

Un peu plus sur ses collections?
Louve Montréal conserve un inventaire de chacune de ses collections créées. Virginie créer de nouvelles collections qu’elle ajoute aux précédentes qui sont toujours disponibles. «Je préférais m’éloigner des collections saisonnières. Je trouve que les pièces que je fais sont intemporelles, je n’avais pas envie de dire  »Ah mais non, les bleus c’était l’été passé, il n’y en a plus ». J’aime mieux fonctionner par séries et si quelqu’un a envie d’avoir un bijou argenté, même si à la base je les avaient fait pour Noël, du argenté ça se porte en tout temps. Pour moi, fonctionner par séries, ça fait beaucoup de sens. C’est vraiment des collections capsules, qui portent leurs noms, mais qui ne sont pas associées à des saisons.»

D’où elle prend ses inspirations?
Elle ne sait pas exactement d’où lui vient l’inspiration pour la conception de ses bijoux, elle mentionne que ça lui vient de pleins d’endroits différents. « Je pars souvent d’une idée de base, et ensuite je la décline pour en faire un ensemble. Des fois, ça part d’une forme, comme par exemple décider de sortir du carré ou d’autres fois, selon les alliages que je veux faire avec le cuir ou les franges.». Les chaînes utilisées sont principalement en acier inoxydable, un matériel qu’elle apprécie énormément. C’est hypoallergène, ça ne ternit pas la peau, ça ne demande pas d’entretien et c’est plus résistant, en plus d’être brillant. Elle aime aussi travailler avec les cordons de cuir, mais la chaîne apporte un côté plus précieux au bijou.

Crédit photo : Louve Montréal

Des projets à venir?
Elle m’a montré son nuage de projets que j’ai trouvé particulièrement super! Elle part début mai pour Toronto pour l’événement INLAND Spring Pop-Up, c’est un événement sur deux jours avec une soixantaine de designers (vêtements et accessoires). Sinon, elle a présente aussi sa nouvelle collection qui est disponible au Cabinet éphémère situé au Centre Rockland de Montréal. Elle a de grands projets pour l’automne, mais ce n’est pas encore fixé. Elle aimerait offrir de nouveaux produits, ajouter à la ligne autre chose que des bijoux. «J’ai des idées. Il y a tellement une bulle autour de ce que moi j’imagine être Louve, qu’il y a beaucoup de choses qui pourraient venir complémenter cet univers là. J’aimerais ça cette année me gâter côté créatif, m’offrir des petits projets parallèles, des projets Louve, qui pourraient dépasser les colliers ».

Pour se procurer un collier Louve Montréal?

Elle a une boutique en ligne sur son site Web juste ICI, mais il est également possible d’écrire à Virginie par courriel, via Instagram ou via Facebook pour prendre rendez-vous et visiter son atelier pour essayer les bijoux. Il est également possible de la contacter pour faire une commande spéciale! Elle a quelques points de ventes à Montréal, Québec, Sutton, Tremblant et maintenant à Toronto.

Crédit photo : Louve Montréal

Ce fût une magnifique rencontre, et même un coup de coeur pour moi. Je vais suivre de près les projets de Louve Montréal et de Virginie. Je vous invite également à rester à l’affût de Folie Urbaine, lors de la dernière séance photo des fondatrices, les looks ont été agrémentés de bijoux Louve Montréal !

Les bijoux Louve Montréal sont tous différents, mais ils ont tous quelque chose qui les rassemblent, c’est un peu comme une grande famille, propos que Virginie a accueillie un sourire remplie de fierté!

karine jennifer

Publicités

Une réflexion sur “Louve Montréal : des bijoux uniques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s