Des vacances douloureuses ? Restez calme et appelez un ergonome!

Ahhhh les vacances sont enfin arrivées! Vous rayez le dernier élément de votre to do list et quittez votre bureau satisfait et ô combien reconnaissant de pouvoir enfin décrocher pendant une semaine ou deux (si, bien entendu, vous faites partie des rares personnes qui réussissent VRAIMENT à décrocher!). Cependant, une ombre guette vos paisibles vacances : la douleur à l’épaule que vous ressentiez au travail persiste et vous empêche de jouer au frisbee au parc Jarry avec votre enfant, vous gêne lorsque vous portez un cornet de crème glacée à votre bouche et vous réveille même la nuit pour vous dire un beau bonjour!

Comment réagir à cet envahisseur?

Tout d’abord, faisons le point sur ce que sont ces douleurs que vous pouvez ressentir au travail. Vous avez sans doute déjà entendu parler des troubles musculo-squelettiques, communément appelés « TMS », qui guettent et affectent de nombreux travailleurs.

D’après une grande enquête réalisée au Québec[1], un travailleur sur cinq est atteint d’un TMS lié au travail. La prévalence est d’ailleurs plus importante chez les femmes (une sur quatre en souffre) que chez les hommes (un sur six). Aussi, les absences au travail dues à ces TMS représentent 4,5 millions de jours de travail perdus, et ce, sans parler de la perte de productivité des employés qui essaient de travailler malgré la douleur… Impressionnant, non!?

Ces fameux TMS peuvent affecter les muscles, les tendons, les articulations, les nerfs et les ligaments. Ils se manifestent sous forme d’inconfort, d’engourdissement, de réduction de l’amplitude de mouvement et, bien entendu, de douleur lors de mouvements ou au toucher. Pensez aux fréquents maux de dos ainsi qu’aux maladies qui se terminent en « ite » telles que la bursite, l’épicondylite, la tendinite, etc.

On retrouve ces TMS sous trois stades d’évolution. Le Réseau de santé publique en santé au travail offre un dossier très complet à ce sujet, mais en voici les grandes lignes :

Stade I : La douleur se manifeste durant le travail et disparaît lorsque l’on arrête de travailler.

Stade II : La douleur persiste après le travail et les capacités sont diminuées au travail.

Stade III : La douleur persiste au repos et dérange les activités de la vie courante ainsi que le sommeil. À ce stade, des séquelles sont possibles.

Ainsi, si vous ressentez une douleur au travail qui persiste pendant vos vacances et nuit à vos activités, il est probable que cette douleur ait évolué au stade III et, malheureusement, des séquelles sont envisageables.

QUOI FAIRE MAINTENANT !?!

Restez calmes et appelez un.eergonome

Terminez vos vacances à la plage (bien entendu, consultez un professionnel de la santé pour soulager votre douleur) et dès le retour au travail, parlez-en et consultez un ergonome! L’ergonome interviendra pour identifier la ou les sources de contraintes dans votre travail en tenant compte de tous les éléments qui composent votre milieu de travail. Il ou elle construira ensuite des solutions avec vous et les personnes concernées. Vous pensiez que j’allais vous donner la recette de potion magique ici? Désolée de vous décevoir, mais elle n’existe tout simplement pas… Chaque situation est unique, complexe et mérite une analyse!

Cela dit, si vous vous situez aux stades I ou II, n’attendez pas d’être au stade III pour agir, la prévention a bien meilleur goût! Ainsi, si vous avez un doute, un ergonome pourra réaliser une évaluation et vous transmettre ses recommandations pour prévenir l’apparition de douleurs. Visitez mon site internet dans la section Ergonomie pour des détails sur comment déterminer qu’un consultant est bel et bien un ergonome qualifié (c’est important, car nous n’avons malheureusement pas d’ordre professionnel pour protéger notre titre et le public… des charlatans, il y en a partout!).

Bien que l’on ne puisse pas prédire le développement des TMS, car beaucoup de variables entrent en ligne de compte, voici quelques éléments qui peuvent contribuer à leur apparition. Sachez que plus on multiplie les éléments, plus les chances de développer un TMS augmentent!

  • Posture contraignante (ex. : devoir saisir quelque chose à bout de bras)
  • Effort (ex. : une éducatrice qui doit soulever des enfants)
  • Répétition (ex. : répéter le même mouvement du poignet lors d’un travail à la chaîne)
  • Travail statique (ex. : avoir les épaules élevées lors du travail à l’ordinateur – consultez mon article précédent concernant le travail avec un ordinateur portable
  • Vibrations (ex. : utiliser un outil qui transmet des vibrations à la main)
  • Pression mécanique (ex. : utiliser des ciseaux pour couper quelque chose d’épais – une pression se fait sentir au niveau des doigts)
  • Choc ou impact (ex. : se servir de sa main comme d’un outil, pour frapper quelque chose – ou faire un high five vraiment intense!)
  • Travail de précision (ex. : un graphiste qui exécute des mouvements très précis avec sa main pour réaliser ses dessins)
  • Effort de préhension (ex.: devoir prendre un objet du bout des doigts plutôt qu’à pleine main)
  • Froid (ex. : un boucher qui travaille à 10°C – le froid, c’est bon pour conserver la viande, mais ça augmente les tensions musculaires!)
  • Stress (ex. : un manque de soutien de la part des collègues peut engendrer du stress et augmenter les tensions musculaires)

Évidemment, la durée, la fréquence et l’intensité d’exposition à ces éléments ont un impact : ne paniquez pas si votre travail vous amène à saisir une feuille à bout de bras une fois par mois!

Pssssst! Les troubles de santé mentale sont aussi pris en compte par les ergonomes qui interviennent en prenant en considération les facteurs psychosociaux et organisationnels du travail (cadence, exigences, surcharge, climat de travail, etc.). Alors osez parler à un ergonome si vous ressentez des symptômes non seulement physiques, mais aussi psychologiques au travail. Bien que ce soit méconnu, nous pourrions vous aider pour ça aussi!

Sur ce, je raye le dernier élément de ma to do list « Article pour Découvrez Villeray » et je me lance dans le remplissage de ma valise! 😀

Bonnes vacances (en santé) à tous!

[1] Enquête québécoise sur des conditions de travail, d’emploi et de santé et de sécurité du travail (EQCOTESST) (http://www.irsst.qc.ca/recherche-sst/projets/projet/i/3565/n/etude-quebecoise-des-conditions-de-travail-d-emploi-et-de-sst-eqcotesst-0099-5980)

18120182_10211295569438368_459141415_o  Signature_Alix

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s