Des auteur.es de Villeray

Quelle a été ma surprise quand j’ai fais un statut Facebook et que j’ai demandé : « Est-ce qu’il y a des auteur.es ayant publié.es des livres qui habitent dans le quartier Villeray? » et qu’une pluie de noms s’est acharnée dans les commentaires. Je n’aurais jamais cru qu’il y en avait autant. D’ailleurs, un immense merci à Annie Quintin de m’avoir listé une partie d’entres eux+elles.

C’est bientôt la journée « J’achète un livre québécois » et l’équipe de Découvrez Villeray a décidé de rendre hommage à la littérature québécoise, mais aussi de souligner le talent que l’on retrouve dans le quartier Villeray. Voici donc des auteur.es qui habitent le quartier ou qui y habitaient.

Simon Lafrance

10009792_1524030864560006_5280671801334460325_n

Éric Delacroix travaille dans une banque, habite un appartement comme les autres, paye ses taxes et contribue à la société comme on s’attend à ce qu’il le fasse. Il n’excelle en rien, n’a rien d’unique, rien de spécial. Mais, en silence, comme une menace, il rêve de grandeur.

Grand amateur de séries télé, Éric sait bien que ce sont les méchants qui marquent l’imaginaire. Ce sont ceux dont on se souvient, eux qui passent à l’histoire. Il décide alors de devenir tueur en série pour pouvoir laisser sa trace, atteindre la postérité que son ego recherche tant.

Mais, entre la police, la famille et les amours, Éric découvre bien vite les entraves à son projet. Comment s’y étaient pris Jack l’Éventreur et le Zodiaque avant lui pour survivre ? Ah oui ! C’est vrai, on ne l’a jamais su.

Via : Booknode.

2259-240x

Laurent Corbec

Antoine Eyrolles, un procureur français en vacances, passe le temps des fêtes au Québec. Il rencontre Tao Bilodeau, qui couvre l’affaire de l’Eggzotique, le drame d’une restauratrice sauvagement poignardée à qui l’on s’empresse de trouver un assassin convenable. Mais ce qui convient aux uns ne suffit pas toujours aux autres. Et ce qui éblouit au premier coup d’oeil n’impressionne guère celui qui prend le temps de regarder…

Le procureur Eyrolles, justement, est à moitié aveugle et bourré de défauts, mais en quête de la vérité ; le journaliste Bilodeau, lui, est docile et zélé, en tout point son opposé. Pourtant, une surprenante amitié et une redoutable complémentarité vont se développer entre eux à mesure qu’ils se feront prendre dans l’engrenage de l’enquête.

Roman noir à l’eau de rose ? Roman policier sans policier ? C’est avant tout une ode à l’hiver, au Québec et aux deux-oeufs-bacon avec café à volonté.

Via : Québec Amérique

2317-240x.jpg

Éric Saint-Pierre

Dans ce roman épistolaire-choc, l’illustre et fortuné écrivain Rick Stone enseigne à son ambitieuse nièce tous les préceptes qui feront d’elle une véritable machine d’autopromotion, en même temps qu’une auteure de guides d’écriture qu’on s’arrachera.

Via : Québec Amérique.

 

 

 

 

 

3d_mo_9782896495801Geneviève Jannelle

Estelle vient de perdre son amoureux dans un accident de la route… juste avant d’apprendre qu’elle porte un enfant de lui. Le destin a parfois de ces tours pour les gens qui, comme elle, se croient abonnés au bonheur. Inconsolable, et refusant de jouer le double rôle de veuve et de mère qui lui incombe, Estelle se met en quête d’hommes dans les bras desquels elle tentera de revivre les souvenirs de sa passion interrompue ; une quête marquée par le déni où elle se perdra toujours davantage, ignorant que son salut, comme dans toute bonne histoire, se trouvait à son point de départ.

La Petite-Bourgogne, la génération Y et une souris nommée Yves Corbeil sont à l’avant-scène dans ce roman entre drame psychologique et chronique urbaine qui, malgré ses thèmes, ne renonce jamais à l’humour.

Geneviève Jannelle est l’auteure de La juche (Marchand de feuilles, 2011) et d’Odorama, dans la série L’Orphéon (VLB éditeur, 2012). Elle a remporté le prix de la nouvelle Radio-Canada en 2012. Elle vit à Montréal, où elle travaille dans le domaine de la publicité.

Via : VLB éditeur

enfants-morosesFannie Loiselle

Les enfants moroses croient en la beauté de ce qui est oublié : le calendrier de l’avent, acheté en solde après les fêtes ; un coquillage rose et blanc, trouvé dans la rue, en plein centre-ville ; une lettre de rupture, récupérée dans le bac à recyclage du voisin, et griffonnée au verso d’une recette de pain aux bananes. Grâce à ces artefacts, le bonheur se coagule dans la monotonie du quotidien. Une femme produit trop de lait maternel et le tire, souhaitant s’en servir afin de faire la cuisine pour ses collègues ; un homme parle de la pyramide de Maslow : où trouver le bonheur alors que sa vie n’est pas menacée ? Les narrateurs abandonnés à leur solitude transforment le quotidien en petites épiphanies. Les enfants moroses est un livre qui dévoile comment les contes de fée entendus dans l’enfance nous marquent parfois d’une manière secrète, posant à notre insu les balises d’une certaine conception du monde. Un livre qui, avec une grande subtilité, mêle passé et futur, souvenirs et prophéties. À la lecture des miniatures qui composent Les enfants moroses on s’éclaire de l’intérieur.

Via : Babelio.

L97828944886451.jpg

Stéphanie Neveu

Qui a besoin d’un guide de politesse? Pas vous. Mais peut-être votre voisine bruyante, votre collègue envahissant ou cet usager du métro qui prend beaucoup de place. Parce que ce n’est jamais nous qui manquons de savoir-vivre. À moins que…

Stéphanie Neveu, Montréalaise de naissance, et Laurent Turcot, originaire de Québec, s’amusent à décortiquer avec humour une journée typique dans la métropole québécoise. Cette compilation irrévérencieuse des manières de vivre et d’agir pourrait bien faire mouche.

Via : Hamac

karl_hardy_ma_folle_histoire-mediumKarl Hardy

Plusieurs tempêtes chavirent le coeur. L’amour est une bataille en soi, une guerre parfois. Du haut de ses vingt ans, Karl Hardy nous l’explique avec une sensibilité saisissante. Son écriture est vive et juste. Par des mots simples, il nous conte la détresse d’un jeune garçon en mal de liberté, d’amour et de reconnaissance. Le ton est franc, voire cru. Karl Hardy nous livre sans détour ses expériences sexuelles et amoureuses. L’envers du décor, érotique et sensuel, est réaliste et unique. Son livre, composé de courtes historiettes, et parsemé de lettres intimes, aborde des thématiques aussi nombreuses que variées – l’école, les amis, une mère, un frère, l’amour, la mort, le silence et l’absence. Les questions ainsi soulevées sont parfois naïves mais toujours sincères et émouvantes. Karl Hardy est un jeune québécois rendu célèbre par sa participation à une émission de téléréalité particulièrement appréciée des jeunes. Son passé troublant et son homosexualité pleinement assumée font de lui un personnage authentique et courageux. Après une enfance douloureuse, l’adolescence et l’entrée dans l’âge adulte de ce jeune homme ont été flamboyantes, emplies d’espoir et de joie, de passion et de vérité. Grâce à lui, on interroge et redécouvre notre façon de voir la différence. Le résultat est bouleversant et cru. Un hommage aux hommes, une déclaration d’amour, un appel à l’aide pour les jeunes homosexuels. Une histoire essentielle, vraie et puissante.

Via : Archambault.

17523090_10154168526761685_179123118107523276_n.png

Carolane Stratis

Carolane Stratis a étudié en gestion industrielle du vêtement pendant… longtemps. Les péripéties de sa vie l’ont menée à lancer un blogue puis un autre, à mettre sur roues un fashion truck et à accoucher d’un humain vraiment cool nommé Dolorès durant ses études. C’est une fille occupée, mais elle a toujours le temps de préparer un repas fabuleux qu’elle met ensuite sur Instagram, un jardin fabuleux qu’elle fait dans sa cour ou une joke punchée qu’elle affiche sur Facebook. Sinon, elle transforme toutes ses idées en textes et parle sans tabou de sa dépression.

Les deux livres ont été rédigés conjointement avec Josiane Stratis, sa soeur jumelle ainsi que partenaire sur Ton petit look et TPL Moms.

Via : Les Éditions Cardinal

cvt_Les-six-degres-de-liberte_3174Nicolas Dickner

Où l’on raconte l’histoire
d’une jeune fille
qui désire repousser les
limites de l’expérience humaine,
d’un hacker
qui veut optimiser la
circulation mondiale
des bananes et des coussins,
d’une employée de la GRC
qui rêve d’en finir
une bonne fois pour toutes
avec la géographie,
d’un septuagénaire qui perd un boulon,
d’une acheteuse compulsive bipolaire,
de six perruches et d’un chat intermittent,
tous unis dans un jeu de société
à l’échelle planétaire
dont personne ne connaît les règles.

Via : Babelio.

3d_mo_9782896497423.pngAnnie Quintin

Eve aime Louis. Louis aime Eve. La formule est simple, sauf que.
Sauf que le quotidien prend le dessus.
Sauf qu’Eve est atteinte d’un trouble obsessionnel-compulsif qui rend leur vie commune parfois impossible.
Sauf que plus rien n’est comme avant.
À court d’idées et à bout de patience, Eve propose un jour à Louis de faire appartement à part. Est-ce le début de la fin? Qu’arrivera-t-il quand la tentation les mettra à l’épreuve?
Annie Quintin nous plonge dans l’esprit de ces deux incurables romantiques, aussi attachants dans leur quête que dans leurs petites failles.

Via : VLB éditeur.

23022_aj_m_6971Évelyne de la Chenelière

Il a des pensées suicidaires, s’étonne d’un râteau, d’un étranger moins étranger que lui. Elle songe au suicide de sa sœur, à ses baignades d’enfance, sa peur de l’eau, ses craintes de procréer.
Ils ont un passé qui ne les a pas préparés au présent. Il marche vers elle. Elle l’attend au restaurant. Ce rendez-vous n’aura pas lieu. Leurs monologues intérieurs, en s’entrecroisant, tissent le récit de leurs deuils passés et à venir, de leur amour impossible et de leurs illusions de lucidité. Ils ont pourtant été un couple uni s’il en est un. À l’aise, bien sous tous les rapports. Sont-ils à ce point domestiqués que tout sentiment de révolte est définitivement disparu ?

Via : Babelio.

1722479-gf.jpg

Stéphanie Labelle

Dix ans après le succès de L’Appareil, recueil hors-norme de recettes en bande dessinée, La Pastèque renoue avec l’édition culinaire pour s’associer avec la talentueuse pâtissière Stéphanie Labelle, donnant vie à un projet unique et gastronomique.

La jeune pâtissière Stéphanie Labelle est devenue en peu de temps l’une des figures emblématiques de la pâtisserie montréalaise. Sa passion pour les petites douceurs sucrées lui a rapidement donné une notoriété aujourd’hui incontestée. Après avoir fait ses preuves à Paris aux côtés du très renommé Pierre Hermé, elle possède aujourd’hui son propre espace sur Le Plateau : la Pâtisserie Rhubarbe. Elle a fait plusieurs apparitions télévisées remarquées à l’émission À La Di Stasio.

Les carnets de Rhubarbe permettront de mettre à disposition du lecteur une sélection de recettes à la fois inédites et saisonnières. Chaque coffret comportera un lot de trois carnets thématiques, dont les premiers auront pour sujet « Garden Party », « Fête de ruelles » et « Rhubarbe ». Chacun de ces petits albums culinaires sera illustré par un artiste différent, dont le talent sera mis au service des recettes de Stéphanie.

Via : Éditions de La Pastèque

 

Bon, c’est sûr que ce n’était pas du tout une tâche facile de répertorier TOUS les auteur.es du quartier Villeray et de valider à 100% s’ils sont du quartier ou l’étaient lors de la parution de leur roman, mais ce sont des suggestions. N’hésitez surtout pas à ajouter des titres dans les commentaires ! Ah oui, et n’oubliez pas de vous acheter un livre québécois le 12 août 🙂

Signature_Karine Signature_Jennifer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s