ALLER SIMPLE POUR DES CIEUX ENCOMBRÉS

En matière d’aviation, on me dit un peu geek.

Quand même! J’ai dans mon entourage des gens un tantinet plus intenses qui vont jusqu’à s’adonner au plane-spotting au bout des pistes de l’aéroport Trudeau.

Je n’en suis pas là.

J’aime par contre observer ce ballet parfaitement synchronisé d’aéronefs s’approcher à la queue-leu-leu au-dessus de notre quartier. En identifier la compagnie grâce aux couleurs sur l’empannage. Tenter d’en deviner la provenance.

Cela exerce également une certaine fascination chez mes amis en visite de l’extérieur. Être témoins de tous ces vols dans le ciel de Villeray, ça en impressionne plus d’un.

Sauf qu’invariablement, la même question survient : « Est-ce que ça n’est pas dérangeant, à la longue »?

Il y a différentes positions là-dessus.

Moi, je suis de l’école qui trouve ça plutôt cool.

D’habitude.

Mais l’avenir éveille tout de même en moi certaines inquiétudes.

On a récemment annoncé un agrandissement -un autre!- de l’aérogare Trudeau au coût de 2,5 milliards de dollars.

Le nombre de passagers a atteint 18,2 millions en 2017, une hausse de près de 10% en un an! Et selon les prévisions, cette croissance se poursuivra au cours des prochaines années.

Du côté des vols internationaux, ces derniers mois, Montréal a ajouté des connexions directes aux mégapoles de Tokyo, Lima, Beijing et Shanghai.

La croissance du trafic aérien est effrénée.

Que va-t-il se passer au-dessus de nos têtes?

Je ne suis certainement pas le seul à se faire réveiller par un nombre incalculable de vols qui se posent à Trudeau passé l’heure du couvre-feu (07h à minuit pour les décollages et 07h à 01h pour les atterrissages).

*À titre informatif, selon les chiffres d’Aéroports de Montréal (ADM), ce sont 311 avions qui ont atterri pendant les heures de couvre-feu à Trudeau entre mai et août 2015…

Et, comme moi, vous trouvez probablement pénibles ces soirées d’été où les avions décollent au-dessus de notre quartier et que les gros porteurs, aux réacteurs parfois très bruyants, enterrent nos téléviseurs et nos conversations, nous réveillent, nos enfants et nous, et font parfois même trembler nos fenêtres jusqu’à environ 23h.

À la fin de l’été 2016, un groupe de citoyens réunis sous le nom des « Pollués de Montréal-Trudeau » a déposé un recours collectif contre ADM pour se plaindre du bruit excessif. On dit avoir enregistré des niveaux de bruit entre 70 et 80 décibels au niveau du sol, alors que l’Organisation mondiale de la santé émet des craintes pour le bien-être et la santé humaine au-delà du seuil de 55 décibels.

Une juge de la Cour supérieure a accepté d’entendre la demande des citoyens en avril 2018 et le dossier suit présentement son cours.

Il faut savoir que le nombre de vols -et de gros porteurs- a considérablement augmenté au-dessus de nos quartiers depuis la fermeture de l’aéroport Mirabel. Décision qui, aujourd’hui, peut nous rendre perplexe…

L’aéroport Trudeau est enclavé dans le tissu urbain et ne peut prendre de l’expansion.

Son aérogare principale, toujours utilisée et maintes fois rénovée (entraînant des coûts élevés), date de 1960.

Avec le fait de rajouter 2.5 milliards de dépenses (et soyons sérieux, ça en coûtera plus…) aux milliards déjà investis dans les dernières années à Trudeau, on se demande si finalement, cela n’aurait pas été une meilleure décision que d’investir tout cet argent dans un train pour relier Mirabel à une gare au centre-ville.

Même le futur REM aurait pu s’y rendre.

Une gare était même déjà aménagée sous l’aérogare de Mirabel. Mais celle-ci accumula la poussière en attendant un train qui ne vînt jamais…. jusqu’à ce que l’on décide de détruire l’aérogare!

Je voyage beaucoup et dans la majorité des cas, les aéroports sont à l’extérieur des villes. C’est juste qu’ailleurs, on a généralement planifié un service de transports de qualité pour rejoindre l’aérogare aux quartiers centraux!

Je crains que l’on continue à se tirer dans le pied collectivement en continuant d’investir à Trudeau.

Je crains pour la qualité de mes nuits et de mes soirées d’été.

Je crains cette tendance qu’ont certains citoyens corporatifs à annoncer de façon unilatérale et précipitée de grands projets ayant potentiellement des effets sur toute la collectivité, et ce, sans même prendre la peine de consulter les citoyens.

Ce faisant, je continuerai à lever le nez et rêvasser en voyant se poser les vols en provenance de Zurich, Alger ou Doha.

Parce que c’est tout ce que je peux faire…

Signature_Dominic Signature_Jennifer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s