ALLER SIMPLE POUR DES CIEUX ENCOMBRÉS

 Et, comme moi, vous trouvez probablement pénibles ces soirées d’été où les avions décollent au-dessus de notre quartier et que les gros porteurs, aux réacteurs parfois très bruyants, enterrent nos téléviseurs et nos conversations, nous réveillent, nos enfants et nous, et font parfois même trembler nos fenêtres jusqu’à environ 23h.

Publicités

Êtes-vous mûrs pour une transformation?

Cet été, l’équipe devrait également mettre sur pied un atelier pour les détaillants intéressés. Il faudra à la fois leur expliquer la logistique, mais aussi les avantages qu’ils auront à se joindre à ce mouvement. Ces commerçant –surtout de petits et moyens épiciers- se sont jusqu’à maintenant montrés très ouverts à la démarche. On parle après tout d’un problème que tout le monde aimerait régler.

L’origine de nos noms de rues : Deuxième partie

Louis Rouer de Villeray (1629-1700), membre du Conseil souverain de la Nouvelle-France en 1663, et contrôleur de la Compagnie du Canada, en 1685. Le 30 septembre 1896, on érige, sous le nom de village de Villeray, une nouvelle municipalité dont le territoire a été détaché de la paroisse du Sault-au-Récollet. Le 30 novembre 1905, le village de Villeray est annexé à la ville de Montréal, et son territoire est réuni à celui du quartier Saint-Denis. Enfin, en 1922, quand Montréal est divisé en 35 quartiers, on crée le quartier Villeray, dont les limites sont celles de l'ancien village.

Notre quiz mensuel : voici le 6e Quiz DV !

Notre arrondissement se mérite un quiz et revoici le temps d’y participer! Chaque mois, 20 questions vous sont posées en lien avec l'architecture, l'histoire, les arts, les sports, les commerces et tout ce qu'on pourra imaginer d’autre en lien avec Villeray. Participez dès maintenant et courez la chance -si votre pointage vous le permet- de … Lire la suite Notre quiz mensuel : voici le 6e Quiz DV !

Rencontre avec Rosannie Filato, conseillère du district de Villeray (2ème partie)

Si je suis là où je suis aujourd’hui, c’est grâce à ma famille. Du côté de ma mère, ils sont de Louiseville, et elle a grandi dans Villeray. Du côté de mon père, ils sont nés en Italie. Mon grand-père est venu seul à 14 ans. C’était difficile, il y avait beaucoup d’exclusion. Les deux familles ont beaucoup milité pour aider les autres. Si je me suis retrouvée dans le milieu syndical et dans un poste où je peux aider la qualité et les conditions de vie des gens, c’est grâce à eux.